Les lettres de la famille MacDonald, 1779-1801

Les lettres de la famille MacDonald, 1779-1801

John MacDonald est le chef d'un projet de colonisation visant à attirer des métayers catholiques écossais à l'Île Saint-Jean, qui deviendra en 1799 l'Île-du-Prince-Édouard. En 1772, Helen (Nelly) et Margaret (Peggy), les soeurs de John, ainsi que son frère, Donald, arrivent √† l'île sur le bateau Alexander, qui porte 210 émigrants. John arrive l'année suivante pour aider sa famille et les métayers à s'établir sur son domaine situé sur la parcelle 36.

Trois ans plus tard, soit en 1775, John et Donald se portent volontaires pour le service militaire dans le 84th Regiment of Foot (Royal Highland Emigrants), chargé de défendre la cause britannique dans la guerre de la Révolution américaine (1775-1783). En 1781, John se rend en Grande-Bretagne pour participer aux batailles politiques liées à la décision prise par le gouverneur de l'île, Walter Patterson, de confisquer les biens des propriétaires comme MacDonald dont la rente libératoire (l'impôt foncier) est en souffrance. John MacDonald revient enfin à ses terres sur l'île en 1792. Entretemps, Nelly s'occupe du domaine familial et fait de son mieux pour exécuter les volontés de son frère, qu'il exprime dans ses lettres détaillées.

Le site Web affiche dix lettres, en images et transcrites, rédigées par John MacDonald et Helen MacDonald entre 1779 et 1801. Leur correspondance offre une rare occasion de connaître les premières expériences de l'√©tablissement de l'Île-du-Prince-Édouard.

Les lettres

Les archives virtuelles contiennent dix lettres écrites par John MacDonald et sa soeur Helen MacDonald entre 1779 et 1801.

Faire des recherches dans la collection.

Contexte historique

Pour découvrir les détails de la vie des MacDonald en Amérique du Nord, consulter la chronologie, des textes sélectionnés et la galerie d'images.

Pour en savoir plus, consulter notre bibliographie de sources sur les MacDonald et l'Île-du-Prince-Édouard.

La bannière : L'Île Saint-Jean, vers 1765, Samuel Holland. Le filigrane : Le dernier du clan, Thomas Faed.